Un coup rapide à Saint-Denis

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00353 515 73 20

Un coup rapide à Saint-DenisJ’ai passé ma soirée à avoir envie de baiser et de jouir sans pouvoir me satisfaire. Je suis rentré d’un long week-end ou j’ai pensé au cul, à la baise tout le temps, sans pouvoir faire quoi que se soit. J’ai vraiment la queue pleine de foutre et qui ne demande qu’à cracher son jus. J’ai imaginé le dimanche soir que j’allais aller au bois de Boulogne pour draguer un travesti brésilien que j’aurais enculé doucement en lui branlant sa grosse queue et en lui caressant les seins. Rien de tout cela ne fut possible. Sur le chemin du retour dimanche soir, je me suis arrêté sur un parking d’autoroute, espérant une aventure rapide avec un homme bien monté qui m’aurait bien fait jouir avec sa grosse bite. Je lui aurais fait cracher son foutre sur mes seins en lui doigtant le cul et en me branlant. J’avais vraiment envie d’être une vraie salope en chaleur, prête à jouir comme une pute, par tous les moyens. Peine perdue, je suis resté avec mon envie et j’ai finalement réussi à m’endormir, en imaginant que je partouzais avec plusieurs hommes, femmes et travestis et qu’à la fin je recevais mon offrande de sperme sur la figure, les seins, le ventre et les fesses.C’est dans cet état que je me suis réveillé ce matin. Il me fallait absolument évacuer la tension ; je décidai donc d’aller vers midi au Châtelet, d’abord dans une cabine de cinéma porno avec vitres pour voir et être vu, puis, une fois les couilles pleines à déborder, au sous-sol d’une autre salle ou j’avais mes habitudes. J’espérais en fait que j’y retrouverais Claude, qui savait si bien me sucer et qui sera ravi de la provision de foutre que j’avais en réserve.En attendant, je me prépare et choisi ma tenue. Pour l’extérieur, puisque je dois aller travailler d’abord, c’est le costume cravate classique. En dessous, je choisis de mettre des bas noirs, un porte-jarretelles noir et un string de femme noir. J’adore le contact des bas sur mes jambes et du string sur mon sexe et mon cul. Cela m’excite très fort.Onze heures du matin arrive. Si je pars maintenant, je serai au Châtelet à onze heures trente. C’est la bonne heure pour choisir une cabine avec une vitre à droite et à gauche, ce que je fais. Je m’installe, retire costume, pantalon, chemise, ne gardant que mes dessous noirs. Pour l’instant, la cabine de gauche est vide et l’occupant de celle de droite n’a pas ouvert sa fenêtre. Comme d’habitude, je zappe rituellement et dans l’ordre sur les films montrant canlı bahis les travestis ou souvent je retrouve mon préféré, un brésilien superbe, déguisé en bonne sœur. Il a un cul rond et très ferme, des seins très beaux avec des tétons longs et tendus et surtout une bite d’au moins vingt centimètres qui lui sert indifféremment avec des partenaires de tout sexe. Je l’ai vu de multiples fois et je ne m’en lasse pas. Quand il jouit et lance ses flots de foutre blanc, j’imagine que je les reçois et je jouis aussi. Après les travestis, je zappe sur les films montrant des noirs montés comme des dieux et fourrant des chattes blondes et des culs blancs de l****as en chaleur. Là aussi, je vois souvent mon préféré, un noir de près d’un mètre quatre-vingt-dix, cent kilos de muscles, des pectoraux qui lui font des seins de femme et une queue de plus de vingt-cinq centimètres de longueur et dont la taille est si grosse que sa petite partenaire peut à peine prendre le gland dans sa bouche. L’incroyable est que cette monstrueuse bite, il la lui met dans la chatte en levrette, si loin dans le ventre qu’on a l’impression de voir le gland vouloir sortir au niveau du nombril de la fille. Plus fort encore, il l’encule ; là, tout rentre et ses énormes couilles viennent s’écraser sur les fesses de la blonde qui gueule comme une folle. A la fin, il lui donne sa bite à sucer ; la fille est à la limite de dégueuler tant son gland est gros. Puis il lâche tout son jus ; presque le contenu d’un verre qui s’échappe de chaque côté de la bouche de la fille qui s’écroule, anéantie. Je rêve d’une queue comme celle là, à ma disposition, qui m’arroserait de foutre chaque fois que j’en demanderais. J’en suis là dans mon zapping quand la fenêtre de la cabine de droite s’entrouvre doucement ; un homme est là, il se branle rapidement ; sa bite est assez longue mais très fine mais semble très dure. C’est le genre de bite que j’aime prendre dans le cul. Je m’approche de la vitre et j’articule :« tu veux me baiser ? »en lui montrant un préservatif et mon cul. Il me fait signe que non. Je lui propose :« tu veux que je te suce ? »Il ne dit rien et continue à se branler de plus belle. Il me fait comprendre de m’approcher de la vitre et d’ouvrir grand ma bouche. Ce que je fais en me caressant. De son côté, il monte sur son fauteuil pour mettre sa bite à hauteur de ma bouche puis très rapidement il jouit et gicle sur la vitre. Déçu et frustré, je lèche la vitre bahis siteleri de mon côté en me branlant. Très rapidement, il ferme sa vitre. Décidément, peu coopératif le gars.Je reprends mon zapping ou je l’avais laissé et je cherche maintenant quelques films « spéciaux ». J’en retrouve un que j’apprécie particulièrement. Il met en scène une haltérophile superbe, très grande et très musclée évidemment et qui fait l’amour avec un nain équipé d’une vraiment très grosse et très longue queue. Quand il bande, son gland arrive presque au niveau de ses tétons. Il arrive même à se sucer la bite. La fille est sur le dos, sur un banc de musculation incliné. Le nain est debout et son sexe est juste à la bonne hauteur pour baiser la salope qui prend les fesses du nain et les fait bouger en cadence. Après, elle se met à quatre pattes et le nain la prend par derrière, toujours debout. Sa queue rentre complètement dans la chatte dégoulinante. Pendant ce temps, elle se caresse le clitoris, très gros, qui lui fait comme une petite bite. Au moment de jouir, le nain sort sa bite et se la suce. Il récupère tout son foutre et le crache sur les fesses de l’haltérophile. Elle se branle le clitoris à fond, se doigte la chatte et jouit comme une folle.Tout cela me met dans un état de tension telle qu’il faut absolument que je trouve un partenaire. Comme il n’y a toujours personne, ni à gauche, ni à droite, je décide de rejoindre ma deuxième escale.Je choisis la cabine numéro sept que je sais assez grande. Le film au programme montre plusieurs hommes faisant l’amour avec un couple de naines. Je descends et fait un premier tour de repérage dans les salons. Déception, pas de Claude, pas de partenaire déjà rencontré, pas de couple. Je rentre dans ma cabine et je commence à me branler doucement. Je sens que je ne vais pas résister longtemps. Je ressors faire un tour dans le salon du fond. J’y repère un homme, pas mal, assis, qui se caresse discrètement. Je m’approche. Je mets la main dans la poche de mon pantalon et je me caresse à côté de lui puis je retourne dans ma cabine. Je m’assoie, sort ma bite et la caresse. A l’écran, deux des hommes sont en train de baiser une des naines. Un est sur le dos, la naine a sa bite dans la chatte. L’autre l’encule. Je suis très excité. Tout doucement la porte de ma cabine s’ouvre et je vois l’homme que j’ai repéré debout, qui regarde l’écran et qui me regarde me caresser. Je continue à me branler et j’ouvre un bahis şirketleri peu plus mon pantalon. Il peut voir mon string et mon porte-jarretelles. Il sort un peu plus sa bite qui m’apparaît de bonne taille et bien bandante. Je le regarde et j’approche ma main pour le caresser. Il semble d’accord, entre dans la cabine et ferme la porte. Il me dit :« tu as un joli string ; tu dois être une bonne salope », puis« ma bite te plais ? Tu veux la sucer ? »Je murmure :« oui, j’ai très envie de ta grosse bite. »Je me déshabille, ne gardant que les bas, le porte-jarretelles et le string d’où je sors complètement ma bite et mes cou
illes pour me branler. Lui retire son pantalon et son slip. Je vois sa bite qui est bien raide, avec un beau gland décalotté rose et lisse. Je n’y tiens plus. Je lui dis :« je veux ta grosse queue, je veux ton foutre, je veux que tu me jouisses dessus. »Je prends sa bite dans ma bouche et très vite, j’ai de la bave plein la bouche. J’en laisse couler sur ses couilles que je malaxe avec ma main gauche, pendant qu’avec la droite je me pince les tétons. Il me dit :« je vais te faire les seins petite salope, pendant que tu me suceras et que tu te branleras. Je veux que tu jouisses en même temps que moi. Allez, vas-y, petite pute, suce-moi bien la pine. »Fou de désir, je m’exécute. Je me branle ; ma queue est très grosse et pleine. Je tends mon cul en arrière au maximum comme pour me faire enculer. Pendant ce temps, lui me fait les seins ; il me pince bien les tétons comme j’aime. Je gémis :« Ah, c’est bon, vas-y. Je sens ton foutre qui monte. Tes couilles sont pleines. Donne-moi ton foutre. Jouis-moi sur la gueule. »Je le sens prêt à exploser. Je gémis de plus en plus.« Ah, encore, enfonce ta bite au fond de ma gorge. Je vais jouir. Regarde comme je bande. Regarde comme mon cul demande une bite. Vas-y, balance-moi ton jus sur mes seins. »Il n’y tient plus non plus :« Ah, salope, tu aimes vraiment la bite. Je vais te jouir dessus. Je suis prêt, vas-y, je veux te voir cracher ton foutre sale pute, maintenant. »Je ne résiste plus, je décharge plusieurs longs jets de sperme en gémissant :« Ah, ouiii, ah, c’est bon, vas-y, jouis-moi dessus, donne-moi ton foutre. »Il prend sa queue pleine de toute la bave que je lui ai mis et il la branle. Aussitôt, il explose ; je prends tout son foutre sur la figure et les seins. J’étale son jus sur mon ventre. Nous nous regardons en souriant :« Putain, que c’était bon. »Nous échangeons des mouchoirs en papier pour nous nettoyer puis il se rhabille et sort de ma cabine. Je ferme la porte pour regarder un peu le film et me rhabiller à mon tour. Cela m’a vraiment fait du bien et je sors, calme et détendu.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00353 515 73 20

Yorum yapın