Tapón del Darién – 5

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00353 515 73 20

Tapón del Darién – 5Après, le repas on a une visite.Il s’agit de deux hommes habillés en militaire… Ils son barbus, chevelus… Ce sont sans doute des métisse d’Indiens. Je n’aimerais pas les rencontrer le soir, au coin… de la jungle.Willy les connaît. Les Indiens se contentent d’observer, mais quand Willy, leur explique un truc en dialecte, ils se lèvent et serrent la main des hommes, à l’occidentale.Ils s’assoient tous autour du feu et discutent en dialecte. Je ne comprends rien!Willy me dit, “Enlève ta tunique et sers à boire à nos invités.”Mais, pourquoi?? Depuis quand il faut être nue pour servir à boire? C’est nouveau?Mais bon, en peu de temps, Michèle, puis, Yara m’ont appris à ne pas discuter et à ne pas répondre.J’enlève ma tunique et je vais chercher la chicha et deux gobelets en plastique.Je les sers, puis, je sers les autres.Un des militaires dit à Willy, “Jolie petite esclave que tu as là.””Elle n’est pas à moi, elle est à Yara.”Ils se tournent vers elle et lui parle en dialecte. Je comprends juste le mot “Wounaans”, c’est le nom d’une tribu indienne du Panama. Ils doivent avoir des amis ou des parents communs, parce que Yara leur sourit.Moi, je suis toujours nue, la cruche de chicha à la main.Yara me dit, “……. ces messieurs!”Je n’ai pas compris le premier mot. Je lui dis, “Pardon, Maîtresse?””SUCE ces Messieurs, tu es devenu sourde?””Tout de suite, Maîtresse.”Ah, en deux jours, elle m’a bien dressée parce que je n’ai vraiment pas envie de sucer ces types!!Mais bon, j’ai encore moins envie de me faire fouetter, alors je vais vite me mettre à genoux entre les jambes de l’homme, le plus près de moi.Il baisse son vieux pantalon en tissu camouflage et dégage un sexe qui dégoûterait une rate d’égout!Comme, il est assis par terre, les jambes écartées, je dois me pencher, le visage tout près du sol, pour atteindre son sexe. Dans cette position mes fesses sont une cible idéale pour Yara.Je prends vite le sexe en bouche.Mon visage va et vient sur son membre. Le gland passe de mes lèvres à ma luette. Là, j’ai bien le nez dans ses poils. Même un morpion ne vivrait pas là!Les deux… militaires et même les Indiens s’amusent de ma fougue!Yara montre sa baguette et dit, “Elle a surtout peur que je l’encourage avec ceci!””C’est vrai?”, me demande l’homme que je suce. Je fais oui de la tête, en ayant toujours son sexe en bouche, ce qui a l’air de lui faire très plaisir!Je m’active aussi avec les mains, étant donné qu’il est très difficile de faire jouir un homme rien qu’avec la bouche.Voilà… ça vient, je le sens gonfler dans ma bouche. Il arrose mon palais de jet de sperme tiède! Il maintient ma tête, alors, j’avale… laissant un peu couler sur mes seins…Je continue un peu par politesse, mais le sexe redevient tout mout.Maintenant, le copain! Il a un sexe aussi peu appétissant! Pouah!C’est bon, que ma “propriétaire” me surveille, sinon je tremperais leurs canlı bahis sexes dans un verre de chicha et je les secouerais bien pour les désinfecter!C’est le même scénario… Là, je prends tout de suite les couilles du visiteur, dans une main tandis que je branle le sexe de l’autre. Il jouit plus rapidement encore, mais il me bloque aussi en me tenant par la nuque. Je suis obligée d’avaler des giclées de sperme d’une consistance qui me rappelle le blanc d’oeuf. Pouah!!! Dire que je vais avoir ça dans mon estomac… jusque demain.”Propose ta bouche aux autres.”, me dit Yara.Ah non! Ça, c’est abuser!! Je cherche Willy des yeux, “genre, SOS, sauvez moi!”Bien sûr, ni lui, ni personne ne viendra à mon secours!Ces quelques secondes sont de trop pour Yara. Elle lève sa badine en disant, “La petite esclave a besoin d’un stimulant!””Non Maîtresse, je vous jure, c’est que…” Je me précipite sur entre les jambes du chef des porteurs qui est à côté de moi, en gémissant. Il a déjà sorti son sexe. Je le prends en bouche en disant, “Ve fuffes Maîtreffe!!”. Un gland dans la bouche, ça ne facilite pas l’élocution.Hélas… elle dit, “Tu fais trop de manières!”Le militaire que je viens de sucer et qui n’a aucune reconnaissance lui dit, “Je vais la tenir.”Il me prend un bras et me couche sur ses genoux!Oh, non! J’obéis à tout et elle va encore me punir!Il me fait me pencher de telle façon que mes fesses sont tout à fait surélevées et aussi vulnérables que la gorge d’un agneau attrapé par un loup affamé.Un des Indiens remet du bois sur le feu pour qu’une belle flamme éclaire le spectacle.Yara vient près de moi et caresse mes fesses. Je les serre et gémis, ” Pitié Maîtresse! Je n’ai pas tout de suite compris ce que…”Ce que je n’ai pas compris me reste en travers de la gorge, parce qu’elle m’envoie un bon coup de badine sur les fesses. Ça fait, “sssswwwwiiii!””Aaaaaaiiiieee!” “Ça fait maaaal….””C’est le but!”Je sens qu’elle aligne méthodiquement les coups pour couvrir la surface de mes fesses depuis quelques centimètres sous le coccyx jusqu’aux plis entre les fesses et les cuisses. “sssswwwwiiii!” “aaaaaaiiiieee! pitiééé…””La prochaine fois tu obéiras!”Elle prend son temps pour que je profite bien.”sssswwwwiiii!” “aaaaaaiiiieee! J’ai compris la lecooooonnnnnn…””Faudra faire mieux!!””sssswwwwiiii!” “aaaaaaiiiieee! Je ne saurai plus marcheeerrr…””N’importe quoi!””sssswwwwiiii!” “aaaaaaiiiieee! si vous arrêter je….””Tu quoi?””sssswwwwiiii!” “aaaaaaiiiieee! Je serai la plus obéissante…””Ça, c’est sûr!””sssswwwwiiii!” “aaaaaaiiiieee! Je le mérite, Maitresse…”Yara, “ça c’est mieux, continue…””sssswwwwiiii!” “aaaaaaiiiieee! merci de me punir…””Voilà, ce que je voulais entendre!”Elle arrête. Le militaire me remet sur mes pieds.Je frotte mes fesses. Je sens des boursouflures sous mes doigts. Quelle sale garce cruelle!!Je pleure et mon nez coule…Ma Maîtresse dit, “Qu’est bahis siteleri ce que tu attends? Tu en veux encore?””Nooooonnn!!” Je m’agenouille entre les jambes du chef des porteurs.Mes larmes coulent sur son sexe, mon nez aussi!Je me moucherais volontiers si j’avais un mouchoir dans la poche! Mais, je n’ai ni mouchoir, ni poches!Bon, je suis nez à nez pour la première fois avec le sexe d’un Indien. Je lui plais ou alors il a aimé le spectacle.Je ne sais pas comment les Indiens se lavent, mais ils sont beaucoup plus propres que les militaires. J’ai été obligée de faire deux fellations à des militaires aussi sales que des clodos, ensuite, j’ai été fouettée et maintenant, je continue la série des fellations!! Pourquoi suis-je venue ici?? Ah oui pour découvrir la tombe d’une Princesse Inca ou Olmèque. Pas pour sucer des bites et me faire fouetter.Je suce le chef et j’avale son sperme, puis je fais la même chose à son voisin… Et puis, encore deux porteurs… Les autres refusent mes services. Merci, les gars!!Quand, j’ai fini et que j’ai le ventre plein (!), Yara me fait signe de venir près d’elle. Elle me dit, “C’est bien, petite.”Ma Maîtresse est contente, elle ne va plus me punir. Ouf!!La soirée s’achève, demain c’est une autre journée… de marche.Les militaires s’en vont. Vu ma soirée très pénible, je supplie Willy, le guide, de me donner un peu de potion magico soporifique.Yara lui fait signe, “D’accord.”Je bois. Je m’endors rapidement.***Le lendemain, je suis réveillée, à nouveau, par un coup de pied dans les fesses! Décidément!J’ouvre les yeux et au lieu du pied de Yara, je vois une grosse bottine.”Lève-toi!””Oui, Monsieur.”C’est un des militaires que j’ai sucé hier! Je me lève. Il caresse ma taille et mes fesses. “Tu n’a aucune blessures”, me dit-il, “Juste de belles marques, Yara sait y faire.”Je regarde autour de moi : il n’y a plus personnes. C’est à cause de la potion de Willy que je n’ai rien entendu.Il ne reste que ma lit
erie sommaire et des débris du feu éteint, dispersés.J’enfile vite ma tunique et je mets mes chaussettes et mes chaussures, après les avoir secoués.L’homme me dit, “Tu vas me suivre sagement, jusqu’à l’autre camp.””Oui, Monsieur.” On marche jusqu’au camp des scientifiques.Là, le spectacle est encore plus étonnant!Ils sont tous assis par terre, les mains attachés derrière le dos… l’air catastrophés en dessous de leurs baillons! Un des américains a un beau coquart et Jean-Paul, le français, a du saigner du nez car il en a sur ses vêtements.L’homme me conduit au chef, “C’est la petite qui suce bien, qu’ils on fait voyager avec les porteurs.”Le chef a une allure de chef. Assez grand, barbu, chevelu.Il ouvre sa braguette et me dit, “Montre moi ce que tu sais faire!”.Oh, non! C’est une obsession! Dès qu’on voit le bout de mon nez, il faut que je suce!Je vais refuser… ou alors, obéir en priant pour plaire au chef!Bonjour le petit bahis şirketleri déjeuner : une bite malodorante à la place de croissants!! Et des giclées de sperme à la place de café!!Je me mets aussitôt à genoux et je couvre de baisers le sexe du chef, comme une mère aimante qui retrouverait son bébé qui vient de fuguer deux jours (oui, bon… je décompresse un peu.)J’embrasse le visage du bébé… je veux dire le gland et puis, le ventre poilu et les couilles du chef avec… ardeur.Il sent… le guérillero ou le para militaires, odeur de sueur et de pisse…Je fais coulisser le prépuce et lèche le gland…Ma tête va et vient, tandis que ma langue remue le plus qu’elle peut.Un peu brouillon comme fellation, mais efficace… Le “comandante” caresse ma joue de sa grande main sale… Le sexe gonfle dans ma bouche et j’avale de copieuses giclées de sperme. Je le regarde espérant un compliment…Oui! Il dit, “On ne devra pas te dresser, toi!”Allez, c’est toujours, ça!!Il appelle une fille habillée en treillis comme eux. C’est une métisse, pas une vraie Indienne, “Attache la à la longue chaîne et donne lui à manger.”Elle me dit, “Suis-moi!”Attachée à un arbre, il y une longue chaîne assez fine, mais solide. Elle fait sûrement une quinzaine de mètres de long. Elle fait une bouche autour de ma taille avec la chaîne et la ferme avec un cadenas.Elle dit, “Avec les fesses qu’elle, impossible de l’enlever.”Une petite claque sur mes fesses et elle ajoute, “Les Indiens attache des petits singes à une longue corde. Tu seras notre petit singe.”Elle s’adresse aux militaires, 5 hommes et deux femmes qui nous regardent, “Si vous besoin du petit singe tirez sur la chaîne!”Aussitôt un homme tire sur ma chaîne! Je manque tomber et je vais vite près de lui.”Oui, Monsieur?””Je veux te voir de plus près, petit singe.”Ça ils le tiennent bien le “petit singe”, sauf qu’ils disent “pequeño mono.”Je sens que je ne vais pas m’ennuyer une seconde! La fille me donne des biscuits et de l’eau. Ça me change très, très agréablement du sperme que j’avale depuis hier soir!Entre les différentes corvées, qu’on me donne, les hommes se font sucer ou me prennent en levrette, sans fioritures! Ils m’appellent ou tirent sur ma chaîne. Soit, ils retroussent ma tunique pour me baiser en levrette, soit ils mettent leur bites dans ma bouche.Les trois femmes, elles, se font masser les pieds. Ce qui est presque aussi dégoûtant, étant donné que personne ne se lavent ici! Pour effrayer les ennemis, peut être!!Les scientifiques sont aussi attachés, mais avec des chaînes très courtes. On a enlevés leurs baillons Ceux qui râlaient se sont pris quelques coups de fouet.Ça a calmés tout le monde… Michèle et les autres y sont passées et par tous les trous! Dure la vie avec des guérilleros. Cependant, dans l’ensemble, ils préfèrent, leur petit singe!!Je sais qu’il se prépare quelque chose… Comme, j’ai toujours une oreille qui traîne et qu’on ne fait pas attention à un petit singe, je finis pas savoir ce qui va nous arriver.J’entends, “On va les vendre facilement, surtout le petit singe.”Voilà… On va être vendues! A qui? Pourquoi?A suivre.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00353 515 73 20

Yorum yapın